Une dernière course pour un Champion
Motorsport

Une dernière course pour un Champion

Retour au magazine

Souvent, il est agréable de fermer un peu les yeux pour prendre le temps de capturer le bon moment. Essayer de savourer d’être avec des copains, oublier les problèmes du quotidien, et partager une passion dévorante. En 2023, c’est la course automobile qui nous a avalé tout cru lors de nos périples avec la Team 511 et son pilote Laurent, engagés en Coupe de France des circuits. Partie prenante du programme Machinistic Motorsport Dept., nous avons traversé la France à sept reprises, pour découvrir quelques-uns des plus beaux circuits de l’hexagone. Bienvenue dans la Sarthe, pour le dernier week-end de la saison, avec l’objectif de remplir notre mémoire de quelques souvenirs inoubliables : « clic-clac ; capture sauvegardée ».

Les six cylindres de la M3 sonnent à la perfection dans la ligne droite des stands, laissant un magnifique écho après leurs passages. C’est la bagarre sur le circuit Bugatti du Mans. Concentré sur la séance d’essais qualificatifs, décrochant le meilleur temps, Laurent ne se doute sûrement pas de l’émotion que son pilotage nous procure. Agglutinés au bord de la piste, à côté de Damien au panneautage, nous sommes touchés par une onde de nostalgie de fin de saison, excité par les décibels qui nous frappent en plein cœur et ravivent des souvenirs. D’ailleurs, la course n’est certainement qu’un prétexte, car cette première saison complète est d’autant plus une aventure humaine.
« Le son émouvant de la M3 ; capture sauvegardée ».

Parfois certains projets de vie ont besoin d’être réalisés en collectif.  Ce n’est pas qu’il serait impossible de l’exécuter seul, mais peut-être serait-il plus pénible, et sûrement plus fade. C’est ce qu’a voulu rappeler Laurent, en nous remettant deux prix spéciaux à Damien et à moi. Un moment touchant, d’autant plus que nos trophées sont réalisés avec les disques de freins usés par la saison et un socle sculpté directement dans du chêne par un autre ami de l’équipe, Brice. La symbolique est forte, car comme ces coupes, l’organisation de l’équipe repose sur des idées et des ressources simples.
« Les changements de roues de dernières minutes ; capture sauvegardée ».

Faire la course dans un championnat amateur, avec les moyens qui en incombent, en essayant d’être le plus professionnel possible. Par exemple, comme beaucoup d’autres équipes, le camp de base est installé dans les paddocks, sous des tonnelles abritant un atelier et un bar/cuisine/salon selon l’humeur. Et, souvent, comme à Pau-Arnos ou ce week-end au Mans, la météo vient mettre son grain de sel. Dès le vendredi soir, alors que nous regagnons l’hôtel, les voisins de paddocks nous préviennent par un coup de fil que l’ensemble des tonnelles composant notre stand se sont envolées, laissant une scène de chaos autours de la voiture… Heureusement rien de grave, nous nous abriterons sous l’unique tonnelle encore fonctionnelle. Ce sont des aléas et un peu de stress qui rendent l’aventure encore plus palpitante.
« Le stand trop fréquemment détruit par la météo ; capture sauvegardée ».

Ça caille fort dimanche matin ! La voiture est givrée sur le paddock, et la piste brille sous les premiers rayons du soleil. Ni une ni deux, nous nous réchauffons en préparant des cafés et la M3 pour les deux dernières courses de l’année. Pneus slicks, plaquettes neuves, contrôle des serrages et des niveaux… Cette vieille BMW n’a besoin de rien d’autres pour aller faire la course. Malgré une année assez intensive, elle se porte comme un charme et ne nous a jamais déçus. C’est définitivement une bonne bagnole. Parti en pôle position, Laurent se battra pour garder sa place, mais finira second derrière son principal concurrent, Olivier Gillard.
« Laurent encore agacé, mais sur le podium quand même ; capture sauvegardée ».

Entre les deux courses, bien que le soleil soit timide, c’est en se remémorant les moments marquants de la saison que nous nous réchauffons vraiment. Les moments de franches camaraderies durant les trajets à travers la France, dans le bien nommé Renault « Munster of Puppet » de la Team, où l’on se bagarre souvent au sujet de la playlist, où l’on rigole beaucoup de blagues inavouables, et où l’on lutte contre la fatigue sur les dernières heures de routes. Mais aussi, sur le fameux deux roues à chaque passage sur le pif paf du circuit de Pau-Arnos, la première fois sur la plus haute marche du podium à Nogaro, la victoire au scratch devant les catégories GT, sous la pluie à Dijon… Mais nous ne nous doutions pas que la course à laquelle nous assisterions dans quelques instants serait le plus beau moment de la saison.
« Les bons moments entre copains ; capture sauvegardée ».

La dernière course de la saison est incroyable ! Vingt-cinq minutes de pure bagarre, offrant un spectacle pour chaque spectateur. Agacé par sa seconde place du matin, Laurent adopte un rythme jamais vu auparavant sur ce circuit. Parti sur la deuxième ligne de la grille, il revient rapidement dans le pare-chocs de son adversaire, ne se laisse pas faire, et lui colle une belle pression. Le soleil se couche doucement offrant des couleurs d’automne à couper le souffle. C’est un film, la passerelle Dunlop donne l’impression d’être en feu. En milieu de course, Laurent se fait quelque peu distancer, avant de revenir pour les quatre derniers tours. Les pneus sont détruits, les freins au bout du rouleau. Lors du dernier tour, juste avant le virage Dunlop, Laurent pose au freinage sur l’extérieur et dépasse Olivier Gillard. Nous exultons en bord de piste ! Quelle belle prise de risque. Mais trois virages plus tard, la M3 décidera que c’en était trop et poussera Laurent à la faute en ne répondant plus au freinage. L’occasion pour Olivier de repasser, et offrant à Laurent une seconde place, encore.
« Laurent dans le bac à gravier ; capture sauvegardée ».

Quelle année, quelle saison 2023 et surtout, quelle dernière course ! Une aventure riche en émotion, en rire, avec quelques doses de stress, qui nous marquent tous à vie. Oui, cette dernière course ne se termine pas sur une première place, mais c’est un happy end. Laurent nous a montré de quoi il était capable et a trouvé les limites de sa voiture… La trêve hivernale permettra de corriger quelques défauts de la voiture, de digérer les courses de l’année, pour revenir encore plus fort en 2024. C’est autant la fin que le début d’un nouveau chapitre.

Saison 2023 : 5 premières places ; 8 seconde places :

« Laurent est Champion de France ; capture sauvegardée ».

La Team 511 remercie :
Machinistic, et le Machinistic Motorsport Dept. pour leur soutient
– L’équipe Benzin pour le soutient et le partenariat pour la saison 2024
– L’ensemble des participants à la Coupe de France
– Les amis et la famille qui rendent l’aventure possible

Continuer la lecture
Pochette du jeu need for speed avec roue et CD rouge
Instants

Madeleine de Prost : The Need For Speed (1994)

vue latérale lancia delta integrale restomod avec jantes en or
Instants

Restomod : Évolution ou blasphème ?